Il est souvent assez difficile d’évaluer l’impact d’un texte médiéval, l’un des critères pour le faire étant le nombre de témoins qui ont circulé. Lorsqu’on arrive à un certain nombre de témoins, le comptage des manuscrits subsistants donne pour le moins une idée approchée de l’audience d’un ouvrage, qui semble pouvoir fournir une base moins aléatoire que d’autres à une évaluation de la réception des textes de culture.

Le présent projet consiste à rassembler des renseignements sur le nombre de témoins subsistants des ouvrages les plus lus du Moyen Âge latin, en les incluant dans une base de données qui permette de les regrouper non seulement par le nombre d’exemplaires, mais aussi par genre, par pays, par date. Une base relative aux textes latins compléterait les données déjà accessibles pour les textes français de la fin du Moyen Âge et fournirait un point d’appui aux recherches en cours pour une approche globale des phénomènes culturels.

Il ne s’agit pas de remplacer les bases d’incipit ou les différentes Clavis, mais de donner l’accès aux informations en renvoyant, pour chaque ouvrage repéré, à l’édition, à l’étude ou à la base de données qui donne ces renseignements, et notamment, lorsqu’elles existent, aux études sur la diffusion qui permettent de préciser la répartition temporelle et géographique des exemplaires, donc l’évolution de leur lecture et les conditions de transmission (régionale, européenne, dans tel ou tel milieu ciblé), et éventuellement la désaffection après le succès.

La base FAMA recense à l'heure actuelle : 1453 fiches d'œuvres et 14895 fiches de manuscrits

En savoir plus...